The Stooges, c’est avant tout le groupe d’Iggy Pop, surnommé le Roi Lézard. Derrière lui, on peut citer, de tête, les frères Asheton (un à la batterie, l’autre à la guitare), par contre les autres, pfff... Si ! Il doit y en avoir un qui s’appelle Williamson.

Enfin, bref, les Stooges, c’est Iggy quoi... Iggy, dont l’un des signes distinctifs (hormis la crinière longue et blonde) est de ne jamais se dévêtir sur scène, le plus souvent finissant même les shows avec un gros manteau de ski. A se demander comment il tient dans cette étuve.

Musicalement, The Stooges sont les précurseurs de la scène pop symphonique à venir (comme tous les groupes d’Indianapolis de l’époque, genre MC5 et consorts). Des chansons sur la jeunesse dorée états-unienne (1969, 1970, etc.), sur la beauté du sentiment amoureux (I wanna be your dog, Penetration) et en tout cas, des chansons à l’atmosphère très saine (Ann, Dirt).

Et puis après 3 albums tout en finesse et en tranquillité, Iggy est parti en solo. Et enfin, il fait hurler les guitares électriques ! The Passenger, In A Death Car sont quelques-uns de ces brûlots post-Stooges high energy. Mais ceci est une autre histoire.