Le Lauréat (The Graduate), de Mike Nichols (1967)

Benjamin Braddock vient d’être diplômé. Ses parents et leurs amis sont tous très contents et s’interrogent maintenant sur la suite : "tu es si brillant Benjamin, que veux-tu faire maintenant ? Du plastique ?". Le problème de Benjamin, c’est qu’il n’en a aucune idée. Parmi les convives de la fête qui lui est consacrée se trouve Mrs. Robinson, la femme d’un ami proche de Papa Braddock, alcoolique et cougar dans son temps-libre. Benjamin se laisse séduire par les avances de la dame et se met à glander sévère, au grand dam de ses parents qui, ne sachant rien de la relation liant leur fils et leur amie, insistent pour qu’il rencontre la fille de celle-ci, Elaine.

Mrs. Robinson, you’re trying to seduce me. Aren’t you ?

Nous sommes en plein milieu des années 60, Mike Nichols sort du triomphe de son premier film, Qui a peur de Virginia Woolf ?, lauréat de 5 oscars. Pour son second long-métrage, il adapte le roman de Charles Webb The Graduate. Les deux rôles clé sont ceux de Benjamin et de Mrs. Robinson.

Pour ce dernier, Nichols veut Jeanne Moreau car il est persuadé que le cougarisme a été inventé par les Français. Ses producteurs lui disent qu’il en est hors de question. Finalement, Anne Bancroft jouera Mrs. Robinson, et Nichols en profite pour imposer ses autres choix : il veut quelqu’un de précis pour la musique du film. Nous y revenons très vite.

Mrs. Robinson, c’est fait, maintenant, qui pour Benjamin ? Robert Redford est pressenti mais ne convainc pas Nichols qui s’en explique ainsi à l’acteur :

Nichols : « Well, let’s put it this way, have you ever struck out with a girl ?"
Redford : — What do you mean ?
Nichols : — That’s precisely my point. »

Pendant ce temps-là, Dustin Hoffman, un jeune acteur au profil plus adapté s’apprête à jouer dans le film The Producers de Mel Brooks (un film extrêmement drôle soit dit en passant) mais souhaite passer l’audition. Poli, il demande à Brooks l’autorisation de passer le casting. Brooks connaît très bien ce qui se passe dans le petit monde de la production de The Graduate, puisqu’il est à la ville l’époux d’Anne Bancroft qui joue Mrs. Robinson. Persuadé qu’Hoffman ne sera pas retenu, Brooks accepte. Tant pis pour lui.

Le Lauréat sera un succès considérable, accumulant une jolie collection de nominations aux Oscars, Nichols remportant celui de meilleur réalisateur et faisant de ses acteurs des stars, Dustin Hoffman en tête, bien sûr.

La musique qui va avec

Dans sa première partie, Le Lauréat séduit car c’est vraiment très drôle. Dans sa seconde partie, Le Lauréat séduit car le drame qui se joue nous tient à cœur car on est devenus très copains avec Benjamin. Sur toute la durée du film, Le Lauréat séduit par sa bande-son, signée Simon & Garfunkel.

La B.O. du film détrônera d’ailleurs le White Album des Beatles du sommet des charts, porté par les trois titres devenus depuis des standards Mrs. Robinson, The Sound of Silence et Scarborough Fair.

La suite ?

- Mike Nichols a mis la tête dans le seau et a eu du mal à faire aussi bien,
- Charles Webb a publié la suite de ce premier roman en 2007 : ça s’appelle Home School, et il paraît que c’est un peu nul
- The Lemonheads ont repris Mrs. Robinson dans les années 90
- Dustin Hoffman et Robert Redford ont fini copains comme cochons, finissent ensemble sur des tee-shirts et tournent des films ensemble :