Voir le premier film de Mike Mills est un parcours difficile. D’abord, le titre français du film repousse les moins courageux. Pourquoi diable traduire Thumbsucker (titre assez bien trouvé pour un film dont le personnage principal rechigne à arrêter de sucer son pouce malgré son âge) en Age Difficile Obscur ? (dont les initiales forment ADO, wah, trop fort, quel génie a bien pu avoir une idée pareille ? Lui là-bas ? Bien, jetez-lui tout ce qui vous tombe sous la main à la gueule).

Ensuite, il faut trouver une salle qui le diffuse. Allociné donne l’info : seules 3 salles en France diffusent le film en ce dimanche 17 septembre 2006, soit 11 jours seulement après la sortie française du film. Pourtant le casting a quelques beaux noms : Keanu Reeves, Vince Vaughn. Enfin...

Pourtant, dès les première images on peut lire à l’écran « Original soundtrack : The Polyphonic Spree, Additional songs : Elliott Smith ». On sait déjà qu’on ne passera pas un mauvais moment. Il est certain que Mike Mills doit aimer les films de Wes Anderson, ce qui nous fait déjà un point commun important. C’est moins lumineux que le modèle, le ton est plus sérieux, mais on aime quand même et on guettera les futures réalisations du bonhomme... en lui souhaitant une meilleure visibilité.