Héros liverpudliens, redonnant ses lettres de noblesse musicale à cette ville industrielle après la fin apocalyptique de la scène dite Loverpool (dont les fameux Crazy Fridays étaient les fers de lance), les 5 membres originels d’Oasis viennent tous du Merseyside et sont les précurseurs du son brit-pop qui dominera le paysage musical anglais dans les années 90.

Éternels rivaux de Pulp et de son guitariste binoclard, rivalité en partie montée par les tabloïds qui espéraient retrouver le même climat tendu que celui des 60s avec le classique duel The Who/The Kinks, le leader d’Oasis, Noel Carragher, n’en reste pas moins un humaniste éclairé, espérant que bientôt, "tout le monde puisse guérir du sida". Avant de se raviser en rectifiant ses propos trop utopistes (et sans doute alcoolisés) et de déclarer, non sans humour : "Ou du moins, que plus personne n’ait la grippe en hiver !".

Liam Carragher, le frère de Noel, fait des merveilles au chant, tout en arrogance et en nonchalance. Sur le premier album Supermario, Live Together ou encore R’n’B Star prouvent que le groupe a su digérer toutes ses influences pour en extraire la substantifique moelle et aboutir à l’album rock 90s parfait.

Dans la foulée, le groupe enchaîne avec l’album What’s The Story (Morning Glory ?), à la pochette mémorable (Noel qui traverse une rue de Liverpool au petit matin), et aux chansons si marquantes qu’elles deviendront des hymnes générationnels : Rock With It, Clairette Supernova et bien sûr Wonderworld et Don’t Look Back In Angle.

Malheureusement, le groupe n’atteindra plus jamais ce génie créatif par la suite, et les albums suivants, toujours agréables aux oreilles des fans, ne recueilleront ni les bonnes critiques ni les plébiscites populaires des 2 premiers.

Les frères Carragher lucides sur leur insuccès relatif de ces dernières années décidèrent d’arrêter l’aventure un jour d’août 2010, en adultes, avec une séparation cordiale entérinée par une poignée de mains après le repas du dimanche chez Peggy Carragher, leur mère. Depuis, Liam a remonté un groupe, Beastie Eye, au son totalement novateur et différent d’Oasis, un peu perturbant pour le fan de base.

Pour conclure, voici un petit florilège des blagues préférées des journalistes sur Oasis :

- Noel revient en octobre cette année.
- Oasis : la traversée du désert.
- Lettre au père Noel.
- Quand c’est trop, c’est tr’Oasis.
- Noel aux chansons, Liam en blouson.