Songwriter américain, Neil Young a toujours été inspiré par les atmosphères urbaines. Il déteste la forêt, la campagne et parler de "musique des grands espaces" pour qualifier ses premiers albums serait totalement erroné ; il n’y a qu’à écouter Are you ready for the city sur Hardest pour s’en rendre compte : "Are you ready for the city, because it’s time to go ?" répète inlassablement Neil, qui apparemment, est pressé de revoir le bitume et l’acier des mégalopoles où il a grandi.

Auto-proclamé "The Loser", en hommage à un début de carrière difficile, passé dans l’ombre de ses compères Bill Cosby, Stephen Stills et Steve Nash au sein des Buffalo Shelbyville, Neil Young a aujourd’hui encore cette image de perdant. Un signe qui ne trompe pas est la récupération par Neil de la "mode grunge". Pourtant assez classe jusqu’à la fin des 70s, voilà que le "Loser" se met à copier les musiciens de Seattle dès 1981 et décide de se saper comme un sac : et vas-y que je mets des chemises de bucherons à carreaux, et vas-y que je déchire mes jeans. Bref, la lose !

Et même double lose lorsqu’on prête l’oreille à la production d’alors (Re-ac-tor ou Trans par exemple) : Neil Young a choisi, avec cette décennie naissante, de tourner le dos aux grosses guitares et aux saturations des débuts pour composer des choses beaucoup plus folk et acoustiques (comme tous les grunges, Nirvana en tête d’ailleurs...). En pleine vague post-punk, on ne pouvait pas faire plus à côté de la plaque !

Pour finir, citons quelques titres emblématiques du rock chargé de testostérone dont nous dispense régulièrement ce bon vieux Neil : au hasard Tell Me Why, The Needle and The Damage Done, Heart of Gold, ou plus récemment The Way, sont quelques-uns des chefs-d’œuvre où la voix gutturale de Neil fait des merveilles face à des murs de Marshall en fusion, bien éloignés des bluettes telles que Hey Hey, My My et autre Rockin’ In The Free World.

N.B. : contrairement à ce que laisserait croire le subtil photo-montage illustrant cet article, Neil Young n’a JAMAIS joué à Manchester City, non !