Le Fair est une association créée il y a 21 ans qui sélectionne chaque année une quinzaine de groupes français afin de leur fournir aide financière et juridique, promotion, formation et conseil.

Quelques noms des sélections précédentes ? Ces dernières années, Renan Luce, Yelle, Cocoon, Caravan Palace ou Revolver… Il y a plus longtemps : Têtes Raides, NTM, Zebda, IAM et… Elmer Food Beat. Il fallait le Fair.

La sélection 2011 vient d’être diffusée et je me suis dit qu’il fallait y jeter une oreille, et je n’ai pas hésiter à le Fair.

Géographie

La carte de France des groupes Fair 2011 est claire, il y a une grosse dépression sur une large ceinture allant de la Bretagne et la Normandie jusqu’à la Suisse. Sinon, notez également, qu’il n’y a pas de groupe Fair de Lens.

La musique jugée à l’emporte pièce

Quelques indications rapides, après une seule écoute des MySpace, groupe par groupe...

Nom Ca ressemble à
Binary Audio Misfits Du rap...
Buridane Renan Luce en fille
Cascadeur Antony & The Johnsons
Chapelier Fou Parfois à Tiersen ou Beirut, parfois à Cocorosie
Djazia Satour De la soul/folk à la mode en ce moment
François & The Atlas Mountains Devendra Banhart à certains moments
L Un mélange entre Pauline Croze et la Camille du 1er album.
Lilly Wood and The Prick De l’électro pop (ce qui est décevant vu leur bon style, vestimentairement parlant)
Le Prince Miiaou Florence & The Machine
Quadricolor Two Door Cinema Club
Skip The Use Idem Quadricolor
Soma The Killers
This Is The Hello Monster ! Pop synthétique
Twin Twin Pop fluo branchée
Yeti Lane Du rock belge

Au final rien de vraiment folichon, mais mes préférés sont Yeti Lane, François & The Atlas Mountains, Skip The Use, Quadricolor et Chapelier Fou.

Conclusion

Au final, je trouve la sélection bien timide : elle calque parfois grossièrement les succès français et internationaux des dernières années. Et question rock, presque rien ! A l’heure où on attend avec impatience un nouvel album de Noir Désir et une tournée de Téléphone en 2012, Pascal Praud, à l’oeuvre dans On Refait Le Match, résume bien la situation :

On a de quoi s’en Fair.

Post-Scriptum

Le mot de la fin à Panoramix, à qui je dédis tous les jeux de mots foireux de ce post.