Of Montreal était de passage à Paris le 21 octobre dernier, à l’Elysée Montmartre. C’était l’occasion de revoir sur scène un show flamboyant et de se procurer en presque avant-première leur dernier opus, Skeletal Lamping.

Certains shows sont fades à en penser qu’on aurait dû passer la soirée chez soi à écouter le disque parce qu’au moins, en l’écoutant, on aurait pu faire le ménage, lire cet ouvrage qui attend sur l’étagère depuis plusieurs semaines ou travailler ses abdos. En voyant Of Montreal sur scène, le moins que l’on puisse dire est qu’on a rarement l’impression de regarder sa chaîne hi-fi, à moins d’avoir une chaîne hi-fi fluo qui se déguise en animal de basse cour.

Costumes débridés à rendre un arc-en-ciel aussi coloré qu’un novembre à la mer, déguisements absurdes et grandioses, mise en scène érotisant en permanence le moindre clignement de cil : voici trois ingrédients clé d’un spectacle des Américains. En slip à paillettes, se faisant peindre le corps de peinture rouge par ses complices à têtes de coq, cochon ou cheval, Kevin Barnes est une sorte de Philippe Katerine à l’américaine. Sauf du point de vue musical où là, on baigne dans ce que des reprises de Phoenix par les Scissor Sisters, avec Camille à la production pourrait donner.

Leur dernier opus était là, au stand de merchandising. Une écoute rapide donne une indigestion. Clavecins et disco dans une ambiance de décadence versaillaise qui parfois tourne au bruitisme, Skeletal Lamping n’est pas à la hauteur des sommets que le groupe a su atteindre sur Hissing Fauna, Are You the Destroyer ?, du moins pas sur la durée complète du disque. Mais au moment du show, peu importe, d’anciens titres sont de retour (aux rangs desquels Lysergic Bliss et The Past Is a Grotesque Animal - absent du concert du soir - sont à écouter en priorité) et parachevés par une épatante reprise de Smells Like Teen Spirit.

Bref, on retournera les voir la prochaine fois, on écoutera leurs anciens disques, mais pour Skeletal Lamping, victime du syndrome Be Here Now, on y retournera par petite dose.

Photo : ©olly_og